La station de ski des Vosges Ermitage Frère-Joseph

 

Ventron, avec  l’Ermitage Frère-Joseph , est la troisieme station de ski des Vosges.

Idéale pour les familles, elle permet également aux amateurs de sensations de trouver leur compte !

 

 

L' Ermitage , c'est le Ski Plaisir dans les Vosges avec :

 

9        pistes de Ski alpin  dont

2        vertes                                

  3        bleues                                 

   4        rouges                                  

1        noire                                  

                                  1        piste  complémentaire  réservée à la luge

 

 

L’enneigement automatique est devenu indispensable à l’équilibre des saisons hivernales. Les 70 canons à neige assurent  un enneigement constant dés les premières gelées.

 

 

De l’ Auberge du grand Ventron vous pouvez  apercevoir le domaine de ski de Frére-Joseph.

Donc amateurs de ski alpin,  cette  station   se trouve tout juste à 5 mn de vôtre voiture ...

Le site de la Station Ermitage Frère-Joseph :  www.ermitage-resort.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ histoire de cette famille est ancrée dans celle du terroir où son nom a grandi. Comment, à son sujet, ne pas utiliser le nom  de "dynastie» pour évoquer une double réussite dans le monde du sport et, parallélement, dans celui de l'industrie du tourisme, pratiquée avec un sens aigu de l'hospitalité. Depuis l'automne 1995, Thibaut Leduc, trente ans, petit-fils d'Émile, le fondateur, a pris la direction du cornplexe hôtelier et du domaine skiable. Issu de la troisième génération, il s'attache - parmi d'autres priorités - à préserver le lieu des turbulences et des turpitudes du monde moderne. C'est en 1922 qu'Érnile et son épouse, Marie, originaire de La Bresse, s'installent à l'endroit même  où s'était réfugié en 1751, I' ermite Joseph Forrnet. Le lieu sert de cadre, trois fois l'an, à d’importants pélerinages. Il offre également un but de prornenades dominicales depuis la vallée du Thillot ou de Cornimont. Dans leur ferme-auberge , les Leduc se dépensent sans compter. Les randonneurs apprécient l'accueil de ces gens simples et chaleureux. Quand un incendie ravage sa demeure, le couple au lieu de baisser les bras, redouble d'efforts. L'exploitation agricole qui jaillit de terre est grossie d'une salle de restauration, de deux dortoirs et de huit chambres. Emile Leduc. qui a suivi une formation de cuisinier, propose pour dix francs de l'époque, un repas compoposé d'un potage, un rôti de veau accompagné de légumes, un fromage et un dessert.

 

En 1910, passionné de ski, il fonde le club local et trace une piste qui - partie des "Buttes", lieudit de Frère-Joseph - rejoint la vallée. Les onze enfants Leduc ne vont pas tarder à s'illustrer dans les compétitions, régionales d'abord, internationales ensuite.  Antoine, I'un des aînés, est sélectionné en 1948 pour les Jeux OIympiques de Saint-Moritz. Ses soeurs, Thérèse, Anne-Marie et Marguerite suivent ses traces. Piliers, plusieurs années durant, de l'équipe de France, elles apportent aux Vosges une reconnaissance dans le ski alpin qui pose définitivement la réputation de ce massif. De ces nornbreux périples à travers le monde, le enfants Leduc ne reviennent pas sans idées pour l'aménagement de l'exploitation familiale. Dès 1954, une aile est venue s'ajouter à la ferme-auberge originelle. Quatre ans plus tard, le premier téléski dont rêvait Emile depuis si longtemps est installé. Il mourra malheureusement quelques mois avant son inauguration. Le patriarche repose maintenant aux côtés de son épouse et de sa fille Thérèse, au pied des pistes. Sur le mont de l' Ermite ont pris place deux hôtels et trois restaurants particulièrernent bien intégrés à un décor naturel grandiose. Histoire d'une famille qui illustre bien le rapport privilégié que les gens d'ici entretiennent avec leur montagne .

 

 

 

 

 

 

Pages :